02/02/2017

Le pont de Wépion

 

Le pont de Wépion

    Pont routier, il me semble inutile de donner ici toutes les caractéristiques techniques. Sachez seulement que le tablier, moitié coulé sur place et moitié préfabriqué, repose sur trois piles, une en "rivière", et une sur chaque rive.

     Initialement, une route reliant la chaussée de Dinant à la Nationale 4, à hauteur de Courrière, pour délester la chaussée de Dinant entre Wépion et Namur, devait être construite et il fallait franchir la Meuse. Le pont a été construit, mais la route qui devait dévier le trafic vers la N4 n'a jamais été réalisée.

wepion1.jpg

wepion2.jpg

09:51 Écrit par Pierre Pagès dans Meuse, wépion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

08/01/2017

Le viaduc de Beez

Le viaduc de Beez

    C'est le 2 juillet 1968 qu'eut lieu la pose de la première pierre de cet ouvrage jeté sur la Meuse à une hauteur de 42 mètres. D'une longueur de 679 mètres et d'une épaisseur de 5 mètres, il a été inauguré le 26 octobre 1971.

     De ce fait, il dégageait Namur de l'important trafic qui asphyxiait la ville (il fallait compter une à deux heures pour "franchir" Namur le dimanche soir au retour des Ardennes).

     Comme l'Atomium et le pont des Ardennes, le viaduc a été construit par les Ateliers de Construction de Jambes.

     Le viaduc (5500 tonnes) est composé de onze pièces métalliques de 40 tonnes chacune dont la dernière a été posée en 1970, le onze du onzième mois à onze heure onze !

     Cinq piles et deux culées soutiennent le tablier et la plus lognue des six travées atteint 151 mètres, un record pour l'époque...

 

25/07/2016

Activités diverses sur et en bordure de Meuse

     De nombreuses autres activités ont eu et ont encore pour cadre la Meuse et ses rives...

     Citons les ménagères, qui venaient étendre et blanchir leur linge au Grognon, citons les "maîtres d'école" qui venaient donner leur leçon au Rempart Ad Aquam, citons les passeurs d'eau qui reliaient les deux rives, citons l'activité "horeca", florissante jadis au rempart puis boulevard Ad Aquam avant de disparaître quasi complètement si l'on excepte le Casino, un restaurant récent et une brasserie avenue de La Plante. 

     Aujourd'hui, il fut noter les joutes de Buley (et la brocante) qui ont lieu chaque année et qui faisaient la fierté du regretté Roger Pierard, le fondateur des "Sea Scouts" jambois qui ont leur siège et leur péniche près de l'écluse de La Plante.

     A Jambes encore, le boulevard de la Meuse accueille chaque semaine un sympathique brocante tandis que sur l'autre rive, le marché aux puces du  juillet attire toujours la grande foule.

     Wépion, avec le RYCSM, est la capitale mosane su ski nautique avec un superbe plan d'eau au pied des rochers du Néviau. Le tennis (Amée et Wépion) et l'alpinisme (Dave, Wépion, Beez) se pratiquent en bordure de Meuse.

     D'autres activités sont malheureusement plus ponctuelles: courses de jet-ski, régates, Namuraid et démonstrations diverses.

     Voiliers, kayaks et autres embarcations venant de Wépion et de Dave apportent souvent leurs lots de couleurs en navigant dur le fleuve.

     Un nouvel "horeca" s'est développé à La Plante et à Wépion tandis qu'à Jambes, "La Capitainerie", non contente d'accueillir les flotilles de touristes, organise pas mal d'activités sur la Meuse, dont le mini-foot sur un terrain flottant !

     N'oublions pas les balades pédestres et les randonnées à vélo sur le RAVEL...

     Les plages feront l'objet du prochain paragraphe

Voyez l'album et ses nombreuses photos...

17/07/2016

La natation sportive

     Dès 1919, un cercle de natation,  "La Libellule", fut créé à Namur par des...coiffeurs. Ce cercle organisait des fêtes nautiques, des démonstrations de sauvetage, des concours de plongeon mais pas de vraies compétitions.

     C'est en 1923 que naquit le club "Namur Natation" au sein duquel une équipe de water-polo accéda même à la première division nationale. Les entraînements et les rencontres se déroulaient dans la Meuse, en face du Royal Club Nautique.

     Namur Natation organisa de nombreuses traversées de la Meuse à participation internationale ainsi que la fameuse course qui partait de l'écluse de La Plante pour arriver à celle des Grands Malades sur une distance de 3,4 km. Chaque nageur était convoyé par une barque où avaient pris place des rameurs et un soigneur.

    A partir des années 50, la Meuse céda la place aux piscines de Salzinnes, Saint-Servais et Jambes, les compétitions ont disparu et les les activités nautiques se font assez rares...

     Voyez quelques photos dans l'album.

09:50 Écrit par Pierre Pagès dans Hier, Meuse, Sports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

26/06/2016

Activités sportives. La natation:sport ou loisir ?

    Le bassin de natation 

     Les noyades étaient, semble-t-il, trop nombreuses au 19è siècle, et en 1863, le conseiller communal Thémon lança le projet de construction d’une piscine “flottante” où seraient donnés des cours de natation.
Cet établissement “flottant” fut inauguré le 16 juillet 1865; il était long
de 35 mètres et large de 11 mètres; tout le monde pouvait y venir, même les non-nageurs, car il y avait une “petite profondeur”.

     Les autorités semblaient très satisfaites de cette réalisation:
“Nous ne pouvons que nous féliciter de la création d’un établissement d’une utilité aussi incontestable. Les bains de rivière sont un des moyens hygiéniques les plus puissants; ils contribuent infiniment à l’entretien et à l’amélioration de la santé”.

     Pourtant, plus de soixante ans plus tard, en 1931, on refaisait campagne pour la natation, en regrettant que les écoles ne consacrent pas quelques heures du cours d’éducation physique pour apprendre à nager...

          Voici quelques extraits du réglement de cet établissement:

“ Art.1. ...la personne qui ne pourra produire ce document (un coupon d’entrée) sera considérée comme n’ayant pas payé et sera tenue de payer le double du prix d’entrée.

Art.2....La durée du séjour ne peut dépasser deux heures...pour les bains en commun et une heure seulement pour les bains particuliers.

Art.3. Le caleçon est de rigueur; toute indécence, par geste ou par propos, est sévèrement interdite. L’entrée de personnes suspectes ou prises de boisson n’est pas permise.

Art.6.Les mardis et jeudis, de sept à dix heures du matin, l’établissement sera uniquement réservé aux dames et aux pensionnats de demoiselles...

Art.7....deux coups de cloche annonceront la fermeture. Au premier coup, toute personne qui se trouve à l’eau sera tenue de rentrer dans sa cabine...Au second, tout le monde sera tenu de sortir de l’établissement.

     Parmi d'autres dispositions réglementaires, on notera que dès 1874, les ouvriers ont bénéficié d'un tarif réduit. Le bassin leur était réservé le lundi en avant-soirée et le dimanche matin. Les dames et les étudiantes des pensionnats avaient accès au bassin tous les jours sauf le dimanche matin. Le coupon d'entrée s'élevait, en 1896, à 50 centimes par personne et les ouvriers ne payaient que 15 centimes.

natat02.JPG

     Comme on peut le voir sur les photos, cette "piscine" se trouvait près du pont de Jambes, en aval du pont côté jambois. L'hiver, le bassin était démonté et amarré sur la Sambre, près du pont. En effet, la Sambre gélait moins souvent que la Meuse...

     L'école de natation fonctionna jusqu'en 1914, année où elle fut détruite par l'explosion de deux arches du pont.

Voyez d'autres illustrations dans l'album...

25/06/2016

Activités sportives sur la Meuse. - Sports nautiques.

L'aviron.

    Impossible de parler du sport nautique namurois sans évoquer le "Royal Club Nautique Sambre et Meuse" !

     Après avoir assisté à des régates organisées à Liège pour l'inauguration du pont des Arches, en 1860, Félicien Rops, un jeune "canotier" namurois, décida d'en organiser à Namur, ce qu'il fit l'année suivante en 1861. La manifestation connut un vif succès et en 1862, les Rops, Félicien, Anatole et Victor créèrent le Club Nautique Sambre et Meuse. qui connut un essor considérable au point de compter 350 membres et 1865. L'année précédente, le roi Léopold 1er avait attribué le titre "Royal" au club qui devint donc le "Royal Club Nautique Sambre et Meuse" après à peine trois ans d'existence. Plus de 500 régates, dont 5 championnats de Belgique, ont été organisées par le club.

     Dans un premier temps, un bâtiment sis rue Mazy, à Jambes, a hébergé hangar à bateaux et cafétaria mais Félicien Rops, toujours lui, se démena pour obtenir la construction d'un nouveau local, en bord de Meuse, qui fut inauguré en 1868.

     Le RCNSM innova aussi dans d'autres sports en ouvrant des sections "Armes", "Gymnastique", "Vélos", "Tennis", "Boxe", "Basket-ball"... De 1954 à 1962, il particpa à l'organisation de joutes nautiques.

     Avec la construction de l'affreux "Baulieu", le RCNSM fut contraint de quitter ses locaux situés à quelques coups de rames du pont des Ardennes pour Wépion, où il s'est installé en bord de Meuse également.

     D'autres sociétés nautiques ont vu le jour à Namur: 

- le Royal Yacthing Club Sambre et Meuse (1909)
- la 23è unité des Sea-Scouts (1960)
- le Beez Booting Club (1967)
- l'école de voile de Dave
- le Canoë KayakClub namurois en 1978.

Voyez les illustrations dans l'album "L'aviron"

 

     

 

 

 

17:15 Écrit par Pierre Pagès dans Hier, histoire, Jambes, Meuse, Sports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

24/06/2016

Le tourisme fluvial sur la Meuse

     Le transport des personnes vers Wépion, Profondeville et Dinant a complètement disparu à la fin du 19è siècle, suite suite à l'avènement du rail, vicinal ou chemin de fer...

     Les bateliers, qui amarraient leurs bateaux aux différents quais pour livrer leur chargement (principalement du charbon, du bois, des pierres ou des produits métallurgiques), pour effectuer les achats nécessaires à la navigation ou simplement passer une ou deux nuits sur place, ont vu leur nombre diminuer fortement, surtout après la fermeture des charbonnages des régions de Charleroi et Liège, avec les difficultés de l'industrie métallurgique... , avec la concurrence du transport par rail et surtout le développement du transport routier, plus onéreux mais plus pratique !

     Dès le fin du 19è siècle, la grande vogue du tourisme fluvial fit rage à Namur et à Dinant, et les bateaux "touristes", souvent décorés dans le style rococo, ont navigué côte à côte avec péniches avant de les supplanter.

     Actuellement, ce type de tourisme fluvial s'est fortement réduit: la mode touristique a changé (finies les balades en chapeau, costume, cravate...) et la toute puissante automobile e réduit cette activité à sa plus simple expression.

     Mais la Meuse n'est pas morte ! Certes, on y voit moins de mignoles, moins de péniches, appelées aussi spits, moins de rhénans et campinois (grandes péniches) mais que de flottilles de petits bateaux hollandais, français et allemands qui fréquentent notre fleuve, utilisent nos écluses et s'amarent à proximité de deux capitaineries, l'une près du pont de Jambes et l'autre, sauvée des eaux, près du parc d'Amée.

     Ces dernières années, la Namourette a fait son apparition sur le fleuve. A mon humble avis, les autorités ont commis une grave erreur au départ en la présentant comme un moyen de transport style autobus et en négligeant l'impact touristique que pouvait avoir cette nouveauté intéressante. Encore maintenant, j'ai constaté à plusieurs reprises que les pilotes, sympathiques mais non formés, étaient incapables de donner la moindre explication sur les sites bordant la Meuse et la Sambre. Lors d'un promenade en famille, j'ai improvisé et assuré moi-même le commentaire, à la grande satisfaction des utilisateurs...

22/06/2016

L'activité portuaire sur la Meuse namuroise

     Située entre les bassins houillers et les villes industrielles de Liège et Charleroi, Namur a connu une activité fluviale intense même si les possibilités portuaires étaient assez réduites.

     Au début du 19è siècle, seuls les quais de la porte de Gravière, le port Saint-Martin, à La Plante, également chantier naval, et le port de Jambes, à proximité du pont du même nom, accueillaient les bateaux. Un garage pour une cinquantaine de bateaux se trouvait à l'emplacement de l'actuel parc Louis-Marie et était une sorte de bras de Sambre.

     Les bateliers n'appréciaient guère cette situation: ils jugeaient ces ports dangereux et trop difficiles d'accès. C'est ainsi qu'on créa le port du Grognon en 1847. Il était beaucoup plus accessible et mieux équipé avec des quais, des rampes d'accès...

     Le quai de Gravière continua de s'agrandir et profita de la diminution des activités du port du Grognon, suite à la construction de la passerelle vicinale (dont on reparlera dans un autre paragraphe) en 1894. Il s'étendit même au delà du pont de Luxembourg et ne cessa ses activités qu'il y a quelques années. Le port du Grognon, quant à lui, va se spécialiser dans l'accueil des bateaux pour touristes (ce sera également développé dans un autre paragraphe).

     Certaines activités industrielles se sont développées en bord de Meuse: les verreries de Jambes, le chantier naval de Beez, qui a connu un net regain d'activités avec la construction de grands bateaux destinées à des croisières fluviales organisées un peu partout en Europe, quelques carrières, qui profitent de la proximité du fleuve pour le transport de leur production...

     L'activité sur la Sambre sera abordée ultérieurement.

    Pour les illustrations, voyez l'album...

13/06/2016

Namur - Images. La Meuse

Note d'introduction en ce qui concerne le chapitre consacré à la Meuse: les points suivants seront examinèe (liste non exhaustive et susceptible de modifications. 

- La régulation de la Meuse

- L'activité portuaire et économique

14.JPG

- Le tourisme fluvial

- Les activités sportives

- Activités diverses

Le paragraphe concernant la régulation sera en ligne demain.

17:07 Écrit par Pierre Pagès dans Meuse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer