29/05/2016

La quatrième enceinte (1)

     Suite au développement industriel (coutelleries, brasseries, batteries du cuivre, utilisation de la force hydraulique du Houyoux pour actionner les moulins et et les tanneries) et à l'évolution démographique, le comte de Namur Guillaume II s'est vu contraint de protéger tous ces nouveaux territoires et la population qui les occupait qui se trouvaient souvent au delà de la troisième enceinte. Il a décidé de créer une "nouvelle fermeté" sur des terrains d'une faible valeur foncière, comme "les Joghiers" (terres marécageuses), les "Trieux", (pâture communale), le "Charnial" (ensevelissement des carcasses d'animaux), les "Herbattes" (prairies), en "Gravière" (sol caillouteux)...

     La première phase de la construction se situe entre 1357 et 1388, avec des palissades, un premier fossé, des portes (la porte en Try ou Trieux, sur la route de Bruxelles, citée en 1364, celle de Samson, qui s'ouvre sur les chemins vers la Hesbaye, citée en 1388, et celle de Saint-Nicolas, du côté d'Herbatte.

09:47 Écrit par Pierre Pagès dans histoire, retro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

25/05/2016

La troisième enceinte (2)

Les fossés entourant cette "vieille fermeté", dont la largeur pouvait atteindre 35 mètres, n'étaient pas toujours inondés et selon Jules Borgnet, ils étaient herbeux, dans un premier temps.

Cette "vieille fermété " va peu à peu disparaître et le développement de l'artillerie à feu l'a condamnée à brève échéance. Elle deviendra même inutile avec la construction de la quatrième enceinte.  

Ainsi, en 1412, la Porte de Saienial a hébergé l'arsenal communal, les fossés ont été comblés et vendus à des particuliers, certaines tours ont été englobées dans les habitations et les autres ont été livrées à la pioche des démolisseurs. 

003.JPG

La troisième enceinte et les fossés (plan Braun)

001.JPG

La troisième enceinte (plan Coronelli)

16:34 Écrit par Pierre Pagès dans histoire, retro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

23/05/2016

La troisième enceinte

    La situation favorable de Namur incite de nombreux étrangers à venir s’y installer aux 11è et 12è siècles, mais l’antagonisme entre les Comtes de Namur (sympathie française) et les Princes-Evêques de Liège (obédience germanique) fait de la plaine de Jambes et de la rive droite de la Meuse, sous la tutelle des liégeois, un territoire ennemi; de ce fait, Namur sera toujours plus sambrienne que mosane...

    C’est pourquoi on construit une nouvelle enceinte, à partir du 11è siècle, sous le règne d’Albert II le Pieux: une enceinte en pierre, flanquéede portes et de tours importantes, pour défendre la ville.

    Deux documents (plan Baun et plan Masius) nous montrent une vue générale de ce que devait être la troisième enceinte , terminée, à la fin du 14è siècle: les murs partent du confluent, avec la tour de Floreffe (ainsi nommée à cause du voisinage du refuge de l’abbaye de Floreffe), et se dirigent vers les actuelles rues Julie Billart et Emile Cuvelier, traversent le séminaire et les jardins de l’évêché pour rejoindre la Sambre au quai des Joghiers.

     L’enceinte comprend quatre portes importantes: la Porte de Hoyoul ou Houyoux (rue de Gravière), la porte Sainial ou Sainiaux (Quatre Coins), la Porte en Trieux (aux environs du Palais de Justice), et la Porte Saint-Aubain à l’angle des rues de l’Arsenal et du Séminaire; deux autres portes ne sont que de simples portes de rivage: la Porte Billewart (près de la Maison de la Culture), et la Porte de Joghiers (au bord de la Sambre, à l’entrée de la rue des Brasseurs).

    Entre ces portes, des tours renforcent l’enceinte: la Tour de Floreffe
(confluent), la Tour Marie Spilar (rue de la Tour), la Tour Saint-Jacques (beffroi), la Tour Etienne Sallet (rue E. Cuvelier), la Tour Pau d’Argent(aux environs de la rue Haute Marcelle), et, en revenant vers la Sambre, les tours de l’Officialité, Maestria et Jean de Waret.

3e enceinte.JPG

Il en reste trois actuellement qui perpétuent le souvenir de la troisième enceinte: la Tour Saint-Jacques (beffroi), la tour Baduelle (en mauvais état) et la Tour Marie Spilar.

Deux portes non fortifiées donnent accès à la Sambre: celle des Joghiers et celle de Billewart, face au Grogon. Ce sont de simples portes de rivages, surtout utilitaires pour la mivraison de marchandises par exemple.

Les portes et les tours seront étudiées plus en détail dans des notes spécifiques.  

     Voyez l'album photo...

 

19:15 Écrit par Pierre Pagès dans histoire, retro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

La deuxième enceinte (2)

Les habitants, entassés dans l'espace restreint du quartier des Sarrasins, occupèrent progressivement la rive gauche de la Sambre, et l'insécurité (guerres permanentes, brigandages...) provoqua la construction d'une enceinte (fin du 10è siècle ? ) englobant la rue du Pont, une partie de la rue des Brasseurs, les rues du Président et Fumal (en partie), la Marché Saint-Remy et la rue des Bouchers.

Pour sortir de la ville, une nouvelle porte fut créée, la ports Cayette, à l'entrée de la rue de l'Ange,qui s'appelait aussi "Porte aux Cinq Lions" à cause des sculptures qui l'ornaient.

Voyez l'album correspondant, avec une photo des rues concernées. On reviendra sur ces rues plus en détail dans une autrerubrique.

11:35 Écrit par Pierre Pagès dans Hier et aujourd'hui, histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

19/05/2016

Visites de Namur... à vélo. Programme de la première promenade explicative

Départ: parking du Grognon.

Explications:

- le Grognon
- Rue et place St-Hilaire
- rue du Grognon
- rue et place Pied du Château
- le Pont de Sambre
- les moulins, la rue des Moulins
- la rampe verte
- la porte de Bordial
- le monument aux morts
- le pont de l'Evêché
- l'avenue Reine Astrid et la clinique

1er arrêt: place Wiertz

Explications

- la place Wiertz
- le bd d'Omalius
- le pont de la Libération
- le parc Louise-Marie avec le pont des Hollandais
- Rempart de la Vierge
- la chapelle
- la deuxième porte de Bruxelles
- la place d'Omalius
- l'échoppe à journeaux
- la première porte de Bruxelles
- la banque nationale
- la rue de Bruxelles
- la Sorbonne
- Saint-Aubain
- les Ursulines
- les facs
- au coin de la rue Lelièvre
- au coin de la rue Godefroid

2è arrêt:place de la Gare

Explications:

- la rue de l'Escalier (rue Godefroid)
- deux banques
- l'arrière de la prison pour femmes
- les hôtels
- la Couronne
- la porte de Fer
- la rue Mathieu (rue de la Gare)
- l'échoppe à journaux
- le square Léoplold
- le kiosque

3è arrêt: place Léopold

Explications: 

- la place Léopold
- l'institut ophtalmique
- la rue L. Namêche (cercle militaire)
- la rue Rogier
- la rue du 1er lancier
- les manèges
- l'entrée de la caserne
- la rue des Tanneries
- la place L'Ilon
- la rue de la Tour

4è arrêt: place du Théâtre

Explications:

- la rue E. Cuvelier
- le Beffroi
- l'entrée de l'hôtel d'Harscamp
- l'impasse et le prison
- les quatre coins
- rue et place de l'Ange
- la statue
- le marché aux arbres
- la rue de la Cloche
- la rue de Marchovelette (marché St) Remy
- le pont de Sambre

Arrivée au Grognon.

Je vais tester la balade un de ces prochains jours et il y aura sans doute quelques modofication...

leopold01 (2).jpg

Visites de Namur... à vélo.

N'étant pas satisfait du nouveau look des blogs "skynet", j'ai décidé d'utilisé "Namur de A à Z..." pour vous présenter les activités de "Visites de Namur... à vélo".

Vous trouverez donc ici tous les détails concernant ces balades "explicatives" dans Namur et dans la proche périphérie.

Il y aura, à terme, cinq circuits différents. Le principe ? Rassemblement des participants en un lieu donné, description de l'itinéraire... Je prévois trois arrêts, en plus du départ et de l'arrivée, ce qui fera cinq séances d'explications. 

J'ai presque rassemblé tous les ingrédients de la première promenade. Ils seront en ligne tantôt,

A tout de suite, 

Pierre

velo02.JPG

19:25 Écrit par Pierre Pagès dans histoire, Sports, vélo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

15/05/2016

La deuxième enceinte (1)

La deuxième enceinte a suscité de nombreuses polémiques chez les historiens et les archéologues... Cette enceinte a-t-elle existé ? Où? Quand ? En quels matériaux ? ...

Ce qui est certain, c'est qu'à toutes les époques, les populations ont voulu se protéger contre "l'autre" qui, à Namur, pouvait être le prince évêque de Liège, aux grandes ambitions territoriales, et d'une manière plus générale la crainte des Normands dont les raids étaient encore dans toutes les mémoires. 

Jules Borgnet, dans ses "Promenades dans Namur", préconisait quatre enceintes: la première sur le site de Grognon, la deuxième sur la rive gauche de la Sambre, auxquelles s'ajouteront plus tard la troisième (ancienne fermeté) et la quatrième (nouvelle fermeté) qui sont plus connues.

La deuxième enceinte initiale aurait été construite en bois mais des fouilles archéologiques des années 90 confirment l'existence d'une enceinte construite en pierres vers l'an 1000. Si les tracés des premières enceintes sont bien localisés dans les sous-sols, il n'en n'est pas de même de la datation précise.

enceine 10èsiècle.JPG

Mur d'enceinte du 10è siècle, près du Grognon.

 

17:18 Écrit par Pierre Pagès dans Hier et aujourd'hui | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

14/05/2016

La Ville primitive - 1è enceinte(3)

En dehors des fossés naturels qu'étaient la Meuse et la Sambre, la Ville n'avait que deux portes: la porte de Notre-Dame (en face de la rue Courte) et la porte de Bordial (près de la Rampe Verte). La porte  de Notre-Dame, jointe à la collégiale du même nom, constituait une sorte de défense avancée.

Ces deux portes ont été remplacées par deux autres, la première par la porte de Buley, près du pont de Jambes, et la seconde par une autre porte de Bordial, quelques centaines de mètres en amont.

 

 

Le berceau de Namur (le quartier des Sarrasins) était donc constitué des rues des Moulins, Pied du Château, Notre-Dame, Saint-Hilaire, du Grognon et de deux places, la place Saint-Hilaire et la place Pied du Château.

Deux autres portes ont complété l'arsenal défensif de la Ville primitive: la porte du Grognon et la porte "Caius", près de l'actuelle rue du Pont.

Nous reviendrons sur ces portes dans un chapitre consacré uniquement aux portes.

 

 Voyez les illustrations dans l'album consacré à ces portes et à ces rues...

 

 bordial01.jpg

 La première porte de Bordial, vue par Kegeljan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13:29 Écrit par Pierre Pagès dans Hier et aujourd'hui | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

12/05/2016

La Ville primitive - La première enceinte (1)

L'agglomération romaine, qui, selon les chroniqueurs, était peu importante et se limitait à quelques villas et au "castrum" (la château), ayant disparu avec les invasions barbares, la population, ou du moins ce qu'il en restait, s'est rassemblée au pied du "château"  dans l'angle formé par la Sambre et la Meuse.

Tous les Namurois connaissent "la Sarasse, le "Quartier des Sarrasins".

Quel est le sens de mot "sarrasin" ? 

002.jpg

Selon Félix ROUSSEAU, le plan en relief de 1748 nous donne:
"une vision d’une étonnante minutie de la ville toute entière au milieu du 18è siècle avec ses fortifications, ses édifices, ses rues, ses moindres maisons...”
Du côté Meuse, la porte de La Plante, le rempart Ad Aquam, la rue Notre-Dame, le quartier du Grognon, avec l’applé et la place Saint-Hilaire, du côté Sambre, la rue du Grognon, le pont de Sambre, seul lien entre le quartier des Sarrasins et la ville, la rue des Moulins et les portes Bordial constituent le coeur historique de Namur.

14:51 Écrit par Pierre Pagès dans Hier et aujourd'hui | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

La Ville primitive - La première enceinte (2)

 

 

Faisons référence au travail de Huguette PATOUT LIBION , Dans le très vieux Namur, le quartier des Sarrasins des origines au 20è siècle, publié à Namur en 1976, pour expliquer l’appellation “sarrasins”.
“Au Moyen-Âge, on appelait Sarrasins les Musulmans d’Espagne, car nos ancêtres croyaient qu’ils adoraient des idôles. Ainsi désignait-on sous le nom de “sarrasins” toutes les populations de la Gaule avant l’introduction du christianisme. Cette idée, à Namur, était renforcée par la présence de la plus vielle église namuroise dédiée à Notre-Dame et qui s’élevait au milieu de la rue du même nom. Elle aurait été anciennement, dit Gaillot, un temple où l’on adorait de faux dieux avant d’être consacrée par Saint Materne. C’est précisément à cause de cette construction due à des païens que le quartier où l’église s’élevait s’appela “sarrasins”...” FELIX ROUSSEAU, dans Namur , Ville mosane, abonde à peu près dans le même sens: sarrasin serait synonyme de païen. Ainsi, Jean II, comte de Namur, s'est rendu en Allemagne, en 1335, pour y combattre les "Sarrasins" qui n'étaient autres que les Slaves païens de la Prusse.

 

Capture.JPG

Cliquez sur l'image pour voir la vidéo sur le Quartier des Sarrasins

14:29 Écrit par Pierre Pagès dans Hier et aujourd'hui | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

"Namur-Images". Un peu de préhistoire

Pour ce qui est de cette période très anciennes, dont on n'a évidemment aucun document, je me contenterai de montrer quelques images des "Grottes de Goyet" et de "L'homme de Spy" que les archéologues situent à environ 35000 ans avant J.C.

Beaucoup plus tard (vers - 10000), on a découvert des vestiges d'habitat à Salzinnes (Gueule du Loup), à Saint-Servais (plateau d'Hastedon)...

A Jambes, le dolmen la "Pierre du Diable" existait encore il n'y a pas si longtemps... C’est au 17è siècle qu’une hagiographie en fit un lieu de culte du dieu Nam...Ce monument celtique aurait servi d’autel pour des sacrifices humains. On y reviendra plus tard.

Images à voir dans l'album ci à droite: Grottes de Goyet, Homme de Spy, Pierre du Diable.

diable01.jpg

La Pierre du Diable

14:12 Écrit par Pierre Pagès dans Hier et aujourd'hui | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

Couverture et préface

Capture.JPG

Capture01.JPG

13:42 Écrit par Pierre Pagès dans Hier et aujourd'hui | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

Retour !

"Namur de A à Z... hier et aujourd'hui" reviendra bientôt (au bon temps !) sur ce blog avec de nouveaux articles avec photos d'hier et d'aujourd'hui comparées, des reportages photographiques en région, des actualités, des interviews...je vous y attends très nombreux, avec comme objectif les 200000 visites ( 109221 lors de la mise en veilleuse du blog).

Capture.JPG

11:20 Écrit par Pierre Pagès dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer