23/05/2016

La troisième enceinte

    La situation favorable de Namur incite de nombreux étrangers à venir s’y installer aux 11è et 12è siècles, mais l’antagonisme entre les Comtes de Namur (sympathie française) et les Princes-Evêques de Liège (obédience germanique) fait de la plaine de Jambes et de la rive droite de la Meuse, sous la tutelle des liégeois, un territoire ennemi; de ce fait, Namur sera toujours plus sambrienne que mosane...

    C’est pourquoi on construit une nouvelle enceinte, à partir du 11è siècle, sous le règne d’Albert II le Pieux: une enceinte en pierre, flanquéede portes et de tours importantes, pour défendre la ville.

    Deux documents (plan Baun et plan Masius) nous montrent une vue générale de ce que devait être la troisième enceinte , terminée, à la fin du 14è siècle: les murs partent du confluent, avec la tour de Floreffe (ainsi nommée à cause du voisinage du refuge de l’abbaye de Floreffe), et se dirigent vers les actuelles rues Julie Billart et Emile Cuvelier, traversent le séminaire et les jardins de l’évêché pour rejoindre la Sambre au quai des Joghiers.

     L’enceinte comprend quatre portes importantes: la Porte de Hoyoul ou Houyoux (rue de Gravière), la porte Sainial ou Sainiaux (Quatre Coins), la Porte en Trieux (aux environs du Palais de Justice), et la Porte Saint-Aubain à l’angle des rues de l’Arsenal et du Séminaire; deux autres portes ne sont que de simples portes de rivage: la Porte Billewart (près de la Maison de la Culture), et la Porte de Joghiers (au bord de la Sambre, à l’entrée de la rue des Brasseurs).

    Entre ces portes, des tours renforcent l’enceinte: la Tour de Floreffe
(confluent), la Tour Marie Spilar (rue de la Tour), la Tour Saint-Jacques (beffroi), la Tour Etienne Sallet (rue E. Cuvelier), la Tour Pau d’Argent(aux environs de la rue Haute Marcelle), et, en revenant vers la Sambre, les tours de l’Officialité, Maestria et Jean de Waret.

3e enceinte.JPG

Il en reste trois actuellement qui perpétuent le souvenir de la troisième enceinte: la Tour Saint-Jacques (beffroi), la tour Baduelle (en mauvais état) et la Tour Marie Spilar.

Deux portes non fortifiées donnent accès à la Sambre: celle des Joghiers et celle de Billewart, face au Grogon. Ce sont de simples portes de rivages, surtout utilitaires pour la mivraison de marchandises par exemple.

Les portes et les tours seront étudiées plus en détail dans des notes spécifiques.  

     Voyez l'album photo...

 

19:15 Écrit par Pierre Pagès dans histoire, retro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.